UM 110 (CNRS/UTLN/AMU/IRD)

Mes activités de recherche

ATER à Marseille

 

 

 

 

Présentation > Recherche > ATER à Marseille


 

ATER à l’Université Aix-Marseille III


 

J'ai étudié durant un an (à l'Institut de Mécanique Statistique de la Turbulence, désormais IRPHE) la réponse en fréquence de particules solides injectées dans un écoulement oscillant. L'écoulement choisi était simplement un écoulement à vitesse sinusoïdale. L'étude a nécessité l'écriture d'un programme (appelé PIC) permettant de calculer le rapport des amplitudes maximales de vitesse des particules et de l'écoulement (Dup/Du). Plus ce dernier est proche de 1 et plus la particule est apte à restituer les fluctuations. Ce sujet concernait en fait la capacité de la vélocimétrie laser-doppler à restituer les hautes fréquences présentes dans les écoulements turbulents. Les particules traceuses qui ensemencent l'écoulement doivent à la fois être suffisamment grandes pour obtenir un bon signal lumineux et à la fois suffisamment petites pour suivre toutes les fluctuations de l'écoulement. L'emploi de tailles inappropriées peut ainsi conduire à la coupure des hautes fréquences de fluctuations. La variable principale de l'étude était donc la fréquence de l'écoulement. Les différents paramètres étaient le rayon des particules (dont l'influence est prépondérante et le choix très important), mais aussi la masse volumique du fluide (il a été ainsi montré que pour les faibles densités d'écoulement le rôle de la taille des particules diminue), la masse volumique des particules (qui modifie l'inertie des particules) et l'amplitude maximale de vitesse de l'écoulement (qui influe sur la vitesse relative maximale et le nombre de Reynolds relatif maximal).

 

·TEDESCHI G. & MENON R.K., "Frequency response of solid particles in oscillating flows", Proc. of the Eighth International Symposium on Applications of Laser Techniques to Fluid Mechanics, Lisbon, Portugal, pp. 12.2.1-12.2.7, July 1996.